mercredi 21 mai 2008

Mes voyages en douce... et douce compagnie

Voici ce qu'elle nous mettait le 11 octobre 2003 à 19h 16 sur notre calanque :



et pour me ressourcer un p'tit voyage, pourquoi pas, je vous le livre :



Mes voyages en douce... et douce compagnie

Le bois de mes volets a une découpe étrange
L'aube naissante y plante ses pâles rayons
Morphée encore présent me tient par les phalanges
Nous reposons repus par notre amphitryon.

Si le soleil veut bien entrer par cette découpe
Il veloute mon mur de dessins peu communs
Avion, p'tit train, camion et même chaloupe
Et nous voilà partis vers des pays lointains.

Nous voyageons tous deux, sans malle ni bagages
De neiges immaculées en plaines écarlates
Du Kilimandjaro ridé de blancs nuages
Aux océans immenses infestés de pirates.

Le vents échevelés de la Terre Adélie
Nous propulsent sans peine vers d'autres paysages
Où d'oranges orages en belle Andalousie
Eclairent notre route vers l'ancienne Carthage.

Et c'est sans tintamarre que nous atterrissons
Sur la lagune verte que je connais déjà,
Sérénissime je t'aime, sans rime ni raison,
C'est là que j'ai connu le beau Casanova.

Et chaque aurore chante un air que j'aime bien
Pour peu que le soleil pénètre dans la fente
De mon volet en bois, mystérieux gardien
De mes voyages en douce.. ô douce en est l'attente.
Marie



Elle vous aurait sans nul doute souhaité une douce journée...

2 commentaires:

Sconette a dit…

Bonjour Muse,

Joli texte que celui que je viens de lire. Le poète a la faculté de s'évader sans bouger de son fauteuil et de rêver sans que cela lui coûte !

Bonne journée Muse.

Anonyme a dit…

Pensées.
Ether