lundi 9 juin 2008

quand la calanque des fadas devient la crique fantôme

La calanque va mourir de sa belle mort
Oh ! pas si belle que ça, et j'ignore
Aujourd'hui encore
Pourquoi tout cela !
Triste, oui triste je le suis,
Je cherche partout où j'ai pu
Provoquer tant de mépris
De ta part, tant de soucis...
C'est vrai, la vie n'est pas
Un long fleuve tranquille,
Mais naïve une fois de plus
J'imaginais au moins une mer calme,
Sereine et amicale, et surtout
Je ne m'attendais pas encore une fois
A devoir lire ce que tu m'as écrit...
Je n'en reviens pas, toujours pas,
Je ne comprends pas et ne veux plus
Comprendre ... je passerai donc
Avec Musetta pour une semeuse
De ce que moi je ne dirai pas,
Mais que d'autres ont dit, et pensé
Tellement fort que la calanque
Ne restera pas dans mes souvenirs...
Sauf pour les tendres qui se reconnaîtront..
Mots blessants, cruels et injustes
Que je ne méritais pas, que NOUS
Ne méritions pas, et encore les plus durs
Ne figurent pas ici, mais j'aurai la décence
De ne pas les évoquer...

Marie


Laissons place à présent pour le prochain message à ce que nous avons crée...Lola et Tomi. Demain je vous en dirai plus

3 commentaires:

Laudith a dit…

Je viens de passer un moment émouvant à lire vos poèmes à toutes deux, de voir toutes ses photos de Marie me bouleversent j'ai tant de mal à penser qu'elle n'est plus de ce monde et souris en pensant qu'elle continue d'écrire dans l'autre monde où elle ne souffre plus.

Bisous à vous deux.

patriarch a dit…

je n'ai pas encore lu vos poèmes, mais je repasserai !! :*

Rosie a dit…

Magnifique ce poeme dans son "émouvance", qui avait l'audace de dire des mots blessants, cruels et injustes à vous deux, Marie qui était un être de lumière et si douce et toi ma Muse si douce que j'aime tant, toujours si gentille.

Ah! les gens méchants, beaucoup de difficulté avec cela, quand quelque chose ne nous plaît pas sur un blogue, on passe son chemin et on va ailleurs, that's it, that's all.

Bon mardi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.