lundi 10 novembre 2008

Beaubourg
Déjà rue Saint-Martin nous nous sommes gaussés
De l’histoire ubuesque générée par Louise
Cette tata d’enfer, ni lady ni tarée

Mais qui par sa faconde souvent nous dépayse.

Toi fille d’Andalou, Espagnole de sang
A voulu tout d’abord revoir Joan Miro

Ainsi que Picabia disciple de Duchamp,
Et tout le reste aussi, en rapido-presto.

Nous y retournerons plus d’une fois encore
Tout comme nous irons voir d’autres collections
Je n’énumère pas, nous connaissons le port
D’attache de nos cœurs, et autres tentations.

Pour finir la journée tu humeras enfin
La rue des Blancs-Manteaux. On y fera la fête,
Je les connais très bien, Manu, Oscar, Alain

T’adopteront de suite, tu feras leur conquête.


Tomi

Examen de passage

A-t-elle vu l’émotion de cette provinciale
Que son fils présentait aujourd’hui à son clan ?
Je venais perturber l’unité familiale

Cherchant à enlever un fils à sa Maman.

Marika m’a conquise par sa simplicité
Une femme admirable, un sourire adorable
Les « r » qu ‘elle roulait rappelait son passé
Culture et tradition ont siégé à sa table.

Georges a dévoilé des trésors de bonté
Il m’a montré ému les photos de famille
Raconté ton histoire depuis que tu es né
Je sens bien qu’il t’adore, tant ses yeux en pétillent.

Elles m’ont examinée sous toutes les coutures
Et l’examen passé a semblé concluant
Tes frangines, Tomi, et c’est de bon augure,
Ont voulu tout savoir de notre attachement.

Je garde au fond de moi, les visages radieux
De me voir installée tout à côté de toi
Et ce que j’ai pu lire tout au fond de tes yeux
Me rassure et m’incite à vivre sous ta loi.

Lola

1 commentaire:

brigetoun a dit…

fantasques siamoises