dimanche 9 novembre 2008

Villa Theodor

Elle t’a accueillie devant les forsythias,
Toujours en mauve et blanc, ses couleurs tradition,
En remontant l’allée, elle t’a pris le bras,
“Bienvenue à Paris, moi je suis Marika”

Lorsque sur le perron, Georges a pris le relais
Je les savais conquis sans moindre restriction,
Même Karpath le chien t’a fêtée sans délai
Et Romika le chat en a boudé son lait.

Ils t’ont fait découvrir l’arbre de ma naissance
Ramages, frondaison, mon nid prédilection,
Anna et Victoria qui piaffaient d’impatience
Se sont jointes à nous pour faire connaissance.

Nous avons déjeuné sur fond de clarinette
La mémoire roumaine garde ses fondations,
Un menu rituel, et une pirouette
Vers le premier étage, centre de leur planète.

Tu as vu ses sépias, ses dessins de faubourgs
Les sculptures de Georges, toutes leurs créations,
Nous les avons quittés pour aller à Beaubourg,
Toujours main dans la main, sans clairon ni tambour.

Tomi


Souper aux chandelles

Robe longue lamée, smoking blanc bien coupé
Dans un restaurant class’ de Saint Germain des Prés
Tomi m’a emmenée pour un de ces soupers
Qui vous chavire l’âme sans trop le faire exprès.

Un souper aux chandelles que je n’oublierai pas
Le premier que je veux graver dans ma mémoire
Dir’ ce que j’ai mangé, je ne m’en souviens pas
L’assiette importe peu seul compte son regard.

Il a des yeux d’un tendre à se noyer dedans
Quelques pépites d’or brillent de mille flammes
Embrasant tout mon être à mon corps défendant
Je vais rendre les armes puisque mon cœur l’acclame.

Ce soir, je veux te dire, je crois bien qu’avec toi
Je franchirai sans peur cette mer océane
Qui fit peur à Colomb bien plus qu’on ne le croit
Je veux surfer sans fin pour toi en courtisane.

Lola

1 commentaire:

brigetoun a dit…

une petite bouffée de luxe et l'accord des mets et des sentiments